formation à l’EMIA.jpg
Insigne EMIA.png

EMIA

Chevrons.png

LES PROMOTIONS

DE L'ÉCOLE MILITAIRE INTERARMES

En novembre 1942, la Wermacht envahit la zone libre ; l’École d’Aix en Provence est évacuée. Il est alors créé en terre algérienne, à CHERCHELL (130 km à l’ouest d’Alger), une École de Formation d’Officiers. C’est l’École des Élèves Aspirants de CHERCHELL, avec quatre promotions.

Début juillet 1945, l’E.M.I.A. s’installe en terre bretonne, à COËTQUIDAN. L’École accueille les jeunes gens ayant présenté en 1943 et 1944 le concours de Saint-Cyr, et un grand nombre de sous-officiers et d’officiers qui ont suivi un stage dans les Écoles de cadres créées par le Maréchal de LATTRE.
Deux promotions, dont la première réunira 2989 élèves ; 1747 seront nommés officiers.

Le 23 Mai 1947, l’École prend l’appellation d’École Spéciale Militaire Interarmes (E.S.M.I.A.). En effet autant d’élèves sont issus du concours direct de Saint-Cyr que des Corps de Troupe. Jusqu’en 1951, les élèves sont amalgamés dans le même bataillon. La scolarité est de deux ans. 

En 1951, l’École reprend deux divisions distinctes : La Division Saint-Cyr (1er et 3e Bataillon - scolarité de deux ans) et la Division Corps de Troupe (2e Bataillon - scolarité de un an). Les Élèves forment cependant une seule Promotion et respectent les mêmes Traditions. 15 promotions -ou séries- seront ainsi formées.    (Vous retrouverez ces promotions sur la page “Promotions de Saint-Cyr”).

Le 13 septembre 1961, l’École Spéciale Militaire Interarmes (E.S.M.I.A.), implantée à COËTQUIDAN est dissoute et donne naissance à deux Écoles distinctes mais restent sous un même commandement : 
- l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr : reçoit les élèves issus du recrutement direct.
- l’École Militaire Interarmes : les sous-officiers et les élèves officiers de réserve. 
L’E.M.I.A. reçoit officiellement son Drapeau le 06 Novembre 1961. La “PRIÈRE” devient son chant de promotion. 
Les nouvelles promotions de ces deux écoles, prennent désormais des noms différents.

​(source : site web du Pays de Guer Coëtquidan & Brocéliande)

 

Evolution de la formation à l’EMIA :

des origines à aujourd’hui.

Depuis sa création, le contenu de la formation à l’EMIA a beaucoup évolué, s’adaptant au contexte ainsi qu’aux enjeux propres à chaque époque. Cette évolution conduit aujourd’hui les jeunes officiers à devoir conjuguer la formation militaire, académique et humaine, portée par le projet « AMSCC 2030 ». 

Aux origines de l’école, la majeure partie de la formation est tournée essentiellement vers le domaine militaire afin de fournir les cadres devant commander une armée de conscrits face à la menace du Pacte de Varsovie. Le recrutement se compose initialement d’anciens sous-officiers issus des corps de troupe, puis est ouvert progressivement aux officiers de réserve en situation d’active (ORSA) qui reçoivent en un an une instruction dans les domaines militaire, sportif et académique. A partir de 1978, un stage d’aguerrissement organisé au CNEC vient s’ajouter à la formation.

A partir des années 1980, la nécessité de renforcer la formation académique des jeunes officiers devient un sujet majeur à Coëtquidan. Suivant une réforme de la scolarité de l’ESM en 1983, la formation de l’EMIA est revue. Une scolarité de deux ans est mise en place à compter de 1986. La première promotion bénéficiant de ce nouveau modèle est la promotion « Dalat ». La scolarité est allongée pour donner une part plus importante à l’enseignement académique, octroyant alors au diplôme de l’EMIA l’équivalence d’un DEUG.

A compter de 2010, le concours est élargi aux militaires du rang et la scolarité est sanctionnée par l’obtention d’une licence, diplôme indispensable pour permettre à l’officier d’asseoir sa place de cadre dans la Nation. Le contenu de la formation académique est enrichi afin de correspondre aux exigences européennes en termes de crédits de formation ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System), et cette dernière prend une place importante dans la scolarité. Les élèves sont répartis en plusieurs filières correspondant à trois domaines de spécialité : Science et Technique de la Défense, Economie Gestion Publique, et Géopolitique Relations Internationales et Stratégiques.  La scolarité est alors divisée en quatre semestres distincts exclusivement consacrés pour deux d’entre eux à la formation académique. 

Depuis 2020, les candidats justifiant d’une licence ou d’un diplôme plus élevé peuvent prétendre à être recrutés sur titre. Cela entraîne pour eux une réduction de la durée de la scolarité à un an, correspondant uniquement aux deux semestres militaires. 

Aujourd’hui, l’enjeu est de revoir l’articulation des trois domaines traditionnels de formation (militaire, académique, et humain) en décloisonnant le rôle de chaque direction de formation au sein de Coëtquidan, et en gagnant en cohérence dans l’articulation des enseignements.

Cette dynamique de révision de la formation s’inscrit dans le cadre du projet « AMSCC 2030 » visant à préparer les futurs officiers aux enjeux de demain dans la perspective d’un engagement majeur. Ce projet repose sur quatre piliers fondamentaux : l’humanité, la combativité, l’autorité et l’intelligence. Les différents modules de formation permettent de remplir ces objectifs en s’appuyant sur différents stages et activités telles que le monitorat des techniques commando, le stage international ou les cours de formation au comportement militaire (FCM). Une nouvelle division « culture militaire et art de la guerre » (présentée dans le dernier numéro) favorise la liaison entre les différents enseignements.  

 

« AMSCC 2030 » doit également remettre à plat une formation devenue extrêmement dense afin de permettre aux élèves de se préparer sereinement à leur arrivée en division d’application.

Association des différents piliers du projet « AMSCC 2030 » aux domaines d’enseignement.

SLT Maxime et Valentin

Calque 1.png
Poster final BOUL.png

1      1961 - 1962      Capitaine BOURGIN 

2      1962 - 1963      SERMENT DE KOUFRA

3      1963 - 1964      BELVÉDÈRE

4      1964 - 1965      Aspirant ZIRNHELD

5      1965 - 1966      CINQUANTENAIRE DE VERDUN

6      1966 - 1967      CONNÉTABLE DU GUESCLIN

7      1967 - 1968      NARVIK

8      1968 - 1969      LIBÉRATION DE STRASBOURG

9      1969 - 1970      PLATEAU DES GLIÈRES

10     1970 - 1971     Général KŒNIG

11     1971 - 1972     SOUVENIR

12     1972 - 1973     Général MARCEAU

13     1973 - 1974     Général BROSSET

14     1974 - 1975     Capitaine CAZAUX

15     1975 - 1976     Capitaine CARDONNE

16     1976 - 1977     Capitaine DE BELSUNCE

17     1977 - 1978     Lieutenant CHEZEAU

18     1978 - 1979     Général LAURIER

19     1979 - 1980     Lieutenant-colonel BROCHE

20     1980 - 1981     Capitaine COZETTE

21     1981 - 1982     CENTENAIRE

22     1982 - 1983     Lieutenant LECLERC de HAUTECLOCQUE

23     1983 - 1984     Lieutenant BORGNIET

24     1984 - 1985     Lieutenant BERNARD DE LATTRE DE TASSIGNY     Site     Facebook     LinkedIN

25     1985 - 1986     Lieutenant LHUILLIER

>                               Réforme de l’E.M.I.A. ; dès la rentrée de 1986, la scolarité est portée à deux ans.

26     1986 - 1988     DALAT

27     1987 - 1989     Capitaine LEGRAND 

28     1988 - 1990     VALMY

29     1989 - 1991     Bataillon de CORÉE

30     1990 - 1992     Général DABOVAL

31     1991 - 1993     Capitaine BARRÈS

32     1992 - 1994     Combats de TU-LÉ

33     1993 - 1995     Capitaine MAINE

34     1994 - 1996     CADETS de CHERCHELL

35     1995 - 1997     Lieutenant SCHAFFAR

36     1996 - 1998     Général GANDOËT 

37     1997 - 1999     GRANDE GUERRE

38     1998 - 2000     Général BERGÉ

39     1999 - 2001     CAMPAGNE D’ITALIE

40     2000 - 2002     Capitaine COIGNET

41     2001 - 2003     Capitaine BIANCAMARIA

42     2002 - 2004     Lieutenant DE FERRIÈRES 

43     2003 - 2005     Général de LANLAY

44     2004 - 2006     Colonel GUEGUEN

45     2005 - 2007     Colonel DELCOURT

46     2006 - 2008     Lieutenant Antoine de la BATIE

47     2007 - 2009     Général LE RAY

48     2008 - 2010     Capitaine FLORÈS

49     2009 - 2011     Colonel DÉODAT du PUY-MONTBRUN

50     2010 - 2012     Général BIGEARD

51     2011 - 2013     Maréchal BESSIÈRES

52     2012 - 2014     Ceux d’AFGHANISTAN

53     2013 - 2015     Général DELAYEN

54     2014 - 2016     Lieutenant NUNGESSER

55     2015 - 2017     Colonel VALLETTE d’OSIA

56     2016 - 2018     Lieutenant-colonel MAIRET

57     2017 - 2019     Général Le BOUDEC

58     2018 - 2020     USKUB

59     2019 - 2021     ARMÉE DES ALPES

60     2020 - 2022     Général ÉBLÉ